Pourquoi les élections en Pologne vous concernent aussi
440px-Election_MG_3455.jpeg

Credit Photo: Wikipedia

“J’avoues, ça me passionne pas. Toi je comprends, c’est ton pays, mais si on était pas amis, franchement je pense que je ne suivrais absolument pas ce qui se passe en Pologne en ce moment.”

 

Voilà la réponse d’un bon ami quand je lui ai demandé si la BBC s’intéressait aux élections présidentielles polonaises, prévues le 10 mai prochain. “- Ils considèrent probablement qu’il y a des actualités plus brûlantes, la vie politique d’un petit pays de l’est comme la Hongrie ou la Pologne n’intéresse personne.”

 

Bon alors avant toute chose, la Pologne est 4 fois plus grande que la Hongrie. Avec ses 38 millions d’habitants au sein de ses frontières (et 2 millions d’expatriés ailleurs en Europe), c’est le 5ème plus grand pays de l’Union Européenne. Il y a plus d’habitants qu’en Belgique, Autriche, Portugal et Suède réunis. Ces 40 millions de polonais sont sur le point d’avoir de sérieux ennuis, et cela VOUS concerne aussi! Voici pourquoi: 

 

1. Petit rappel du contexte 

 

En Mai 2015, un quasi-inconnu du nom de Andrzej Duda gagne les élections présidentielles à la surprise générale pour son parti, Loi et Justice. Le nom du parti devrait vous mettre la puce à l’oreille. Le chef du parti, Jaroslaw Kaczynski, a été décrit par Le Monde comme étant “le plus dangereux populiste émergent en Europe”, et ça c’était avant qu’il accède au pouvoir en gagnant les élections législatives en 2015.

 

Le nom Kaczynski vous dit quelque chose? Et oui, nous avons déjà eu un président de ce nom et oui, il est mort dans une catastrophe aérienne en 2010. Il s’agit ici de son frère jumeau, et le crash de cet avion à Smolensk est de loin ce qui est arrivé de mieux à sa carrière politique - ça lui a permis de transformer la Pologne en État de la Peur. 

 

Vous avez vu cet épisode de House of Cards quand Kevin Spacey annonce à sa femme avec un sourire diabolique qu’il compte rester au pouvoir aux Etats-Unis en organisant une fausse attaque terroriste dans son propre pays? Et bien Kaczynksi a fait quelque chose de très similaire avec la catastrophe de Smolensk étant donné le récit qu’il en fait depuis. Un très grand nombre de personnes restent convaincus que, malgré de nombreuses preuves claires du contraires de la part d’experts internationaux, le crash n’était pas un accident mais un complot de la Russie. Ces mêmes personnes forment la base électorale de Loi et Justice, c’est à dire qu’ils voteront pour eux quoi qu’il arrive, un peu à la manière de la base électorale de Trump aux Etats-Unis, allant ainsi à l’encontre des faits, de la moralité et de la raison. A vrai dire, Trump rêverait d’avoir l’influence de Kaczynski sur son propre pays. Il ne peut que fantasmer d’avoir une telle emprise sur toutes les institutions nationales, notamment celles qui sont censées être politiquement neutre. Non seulement il a réussi à obtenir une majorité au parlement, lui permettant de diriger sans coalitions, mais il a également mis la main sur les médias publics, la Cour d’Etat, les plus importants juges du pays ET le président lui-même, qui signe sans poser de questions tous les projets de loi qui lui sont soumis. Bref, le rêve de tout gouvernement autoritaire. 

 

 

2. Du coup ça tombe bien ces élections, non? C’est pas l’occasion de les sortir du pouvoir? 

 

Alors que le Covid-19 domine les informations et que le confinement domine nos vies, aucun candidat d’opposition n’a pu faire une campagne électorale digne de ce nom en atteignant les électeurs potentiels. En anticipation des élections, le parlement a récemment décidé d’octroyer 500.000€ à la télévision publique (plutôt qu’aux services de santé) permettant ainsi à Duda d’avoir une plateforme électorale inégalée. Mais celui-ci est allé encore plus loin en se lançant dans une campagne électorale dans tout le pays, y compris des meetings malgré que le confinement soit déjà en place et contre toutes les recommandations sanitaires. On l'aperçoit sur de nombreuses photos sans masque, gants, etc...

 

Le gouvernement polonais, qui a fermé les frontières une semaine avant la France ou l’Italie, est en train d’essayer de convaincre sa population que tout va bien, et qu’il n’y a aucune raison de ne pas organiser des élections. Soyons clair sur une chos: où que vous viviez dans le monde et quelle que soit votre opinion sur la pandémie, il est impossible de nier que celle ci a plongé la vie de nombreuses personnes dans le chaos! Il en est ainsi en Pologne, où de nombreux secteurs de l’économie souffrent, notamment les indépendants, les TPE ou encore les artistes qui ne peuvent pas travailler et ne reçoivent aucune aide gouvernementale (contrairement à de nombreux autres pays européens, la Pologne n’a pas déclaré l’état d’urgence, ce qui signifie que même si vous ne pouvez pas travailler, vous ne touchez aucune indemnité). Les écoles sont fermées jusqu’au 24 mai. Cela vous paraît-il être un contexte propice à l’organisation d’élections (coûteuses)? 

 

Il n’est pas compliqué de comprendre pourquoi Loi et Justice tient absolument à ce qu’elles aient néanmoins lieu. Etant donné que a) aucun candidat de l’opposition ne peut réellement faire campagne, b) les manifestations sont impossibles et c) le grand public préoccupé par le Covid-19, ils savent pertinemment que c’est leur meilleur chance de victoire. De plus, de nombreuses personnes comptent s’abstenir, vu que c’est leur seul moyen d’exprimer leur colère et leur désaccord avec cette mascarade. Malheureusement, il n’y a pas de participation électorale minimum en Pologne pour qu’une élection soit validée. Andrzej Duda ne semble avoir besoin que du vote de sa base électorale pour gagner. Même si la participation est de 20%, cela sera suffisant à sa victoire. 

 

Voilà d’ailleurs encore une raison de ne pas déclarer l’état d’urgence. Si elle était en vigueur, ils ne pourraient pas organiser d’élections.   

 

3. Concrètement, il se passe quoi? 

 

Après l’avoir fait avec la mort de son frère en 2010, Kaczynski est à nouveau en train d’utiliser une tragédie nationale comme opportunité politique. Non seulement il peut mettre en avant son candidat aux présidentielles avec quasi-zéro opposition, mais il a également décidé qu’il avait là une occasion en or de récolter des données sur les électeurs polonais s’il organisait le vote par courrier exclusivement. 

 

Jusqu’à présent, le vote par correspondance sous toutes ses formes (internet, courrier recommandé, procuration) n’était même pas légal en Pologne. La constitution n’en parle même pas. Oui mais voyez-vous, Loi et Justice n’en a que faire de la constitution et ils ont donc décidé de la modifier pour permettre à Duda d’être réélu. Changer la constitution est toujours quelque chose de très délicat, même dans un contexte normal. En temps de crise sanitaire mondiale, cela parait totalement irresponsable. 

 

Chaque électeur (environ 30 millions de personnes) va donc recevoir un bulletin de vote par courrier. Après avoir indiqué leur choix de vote dessus, il est censé le renvoyer à la commission électorale, également par courrier. 

 

Afin de faire en sorte que le vote ait bien été émis par la personne en question, il vous est également demandé de joindre votre nom, adresse, et numéro de sécurité sociale dans la même enveloppe. Vous voyez le problème...

 

 

4. Des élections complètement folles 

 

La base légale d’élections en Pologne repose sur 5 adjectifs. Elles doivent être:

 

- anonymes

- directes

- volontaires

- accessibles à tous

- proportionnelles 

 

Si l’élection a bien lieu le 10 mai, 4 de ces règles seront enfreintes. 

 

1) Elles ne seront pas anonymes. Même le gouvernement le plus démocratique du monde ne peut garantir la confidentialité d’un colis contenant à la fois votre vote et vos coordonnées. 

2) Idem pour directes.  

3) Calirement, elle ne seront pas facultatives. Le gouvernement a passé un décret qui prévoit jusqu’à 3 ans de prison si le bulletin de vote est endommagé ou non renvoyé. De plus, comment peut-on réellement être sûr qu’au sein de foyers confinées, des personnes ne se voient pas obligées par d’autres à voter pour tel ou tel candidat contre leur gré? 

4) “Accessible à tous”, n’en parlons même pas. Non seulement les expatriés (qui votent à très grande majorité contre Loi et Justice) ne pourront pas voter, mais cela sera également compliqué pour les personnes qui ne sont pas actuellement dans leur résidence principale, notamment les étudiants, les travailleurs intérimaires, les politiciens (sic!) ou simplement les personnes qui ont décidé de passer le confinement dans leur résidence secondaire. 

 

5. Pourquoi ça vous concerne et pourquoi il faut en parler autour de vous

 

Malheureusement, si les changements à la constitution sont validés, il sera déjà trop tard. A l’heure où vous lirez ces lignes, il y a toute les chances qu’Andrzej Duda ait-été réélu Président de la Pologne, que Kaczynski ait accès aux données personnelles et opinions politiques de tout l’électorat du pays, et que la démocratie ait-été bafouée dans l’Union Européenne comme jamais auparavant. Jamais la démocratie d’un pays aussi important n’avait été menacée à ce point au sein de la plus grande structure démocratique continentale de l’histoire moderne.  

 

Réveilles-toi, Europe! Penses au message que nous sommes en train de donner aux futurs partis politiques dans les pays de l’Union Européenne! Réfléchis aux problèmes collatéraux que cela pourrait avoir. Vous pensiez que le Brexit était compliqué? Vous rendez-vous compte de la taille du marché polonais et du nombre d'entreprises européennes qui y ont investi? L’économie polonaise est une des plus dynamiques en Europe depuis quelques années, mais Loi et Justice est prêt à la sacrifier. Mais la Pologne, c’est également le pays entre l’Allemagne et la Russie. Sa frontière orientale est la frontière de l’espace Shengen. 

 

Les Polonais ont une mentalité parfois contradictoire. Certains se souviennent très bien du communisme, des rayons vides dans les magasins, sans pouvoir voyager, sans liberté d’expression ou droit de manifester. Et puis il y a l’histoire plus récente, après 1989, où la Pologne a effectué un virage à 180° du communisme au capitalisme sous sa forme la plus agressive, à l’américaine. Les Polonais ont développé une fascination pour l’occident, et ils sont nombreux à vouloir être considéré comme occidentaux plutôt que de l’Est. Cette dualité particulière nous permet de pouvoir communiquer efficacement à la fois avec la Russie et l’Occident car nous comprenons les deux - une compétence clé en affaires, mais aussi en diplomatie! La Pologne est à la fois une barrière et une passerelle entre l’Europe et la Russie. 

 

Malheureusement, cet équilibre délicat n’a jamais été aussi menacé. L’émergence de Loi et Justice et de leur État de la Peur (la 4ème république) semble avoir fait oublier à de nombreux polonais à quoi ressemblaient leurs vies avant 1989 (ou même avant 2004, année où la Pologne a été officiellement intégrée dans la structure de l’Union Européenne). Les gens ont oublié les 18h de queues aux frontières, les gardes-frontières autoritaires qui vérifient tous vos papiers, le besoins de visa pour entrer (ou quitter) son pays. C’est comme une amnésie de l’histoire...

 

La Pologne sera-t-elle expulsée de l’Union Européenne en raison de son comportement non-démocratique et irresponsable? Rien n’est moins sûr. Nous venons de voir avec le Brexit, qui était pourtant un départ voulu, que ce n’est pas une chose simple à faire. L’Union Européenne voudra sans doute l’éviter à tout prix. 

 

Non, ce que nous sommes en train de vivre, c’est peut-être tout simplement la fin de l’Europe telle que nous la connaisson. La fin de ce continent ouvert, inclusif, multiculturel, plein d’étudiants Erasmus et de travailleurs intérimaires, où les gens peuvent se déplacer, s’exprimer et vivre librement sans avoir à demander la permission à qui que ce soit. Les Kaczynski de ce monde n’aimeraient rien de plus que de pouvoir démontrer au monde entier que de toute façon, tout cela n’avait aucune chance de marcher, que la “soi-disant liberté démocratique c’est pour les faibles”, et qu’il n’y a pas de limites au pouvoir que l’on peut accumuler. C’est effrayant, et c’est bien à nous tous de défendre notre liberté, de se battre pour des pays comme la Pologne pour le bien de tous, et de ne pas oublier que l’attachement de l’Union Européenne aux Droits de l’Homme est sa plus grande force, car voilà bien la chose que l’on ne peut pas se permettre de sacrifier. Les Droits de l’Homme n’ont pas de nationalité. On ne devrait pas avoir à voter pour les garder, ils devraient être fondamentaux! Clairement aujourd’hui ils ne le sont plus. C’est pourquoi je demande à toute personne qui lit ces lignes de hausser la voix et de se battre pour ces valeurs, car s’il y a bien une chose que les personnes comme Kaczynski craignent, c’est la force d’un front uni. Soyons unis pour les Droits de l’Homme! Soyons unis pour la démocratie! Soyons unis pour la diversité, avec toute la force qui vient avec! 

 

Merci pour votre attention